Une meilleure santé grâce aux douches et bains froids

douche-froide-cascade

Souvent perçus comme inconfortables, la douche froide (aussi appelée douche écossaise) et les bains froids sont pourtant parés de multiples vertus.

De nombreux blogs parlent de leurs bienfaits et en promettent parfois des merveilles. Malheureusement ces témoignages généralement uniques et presque jamais documentés ne peuvent être considérés comme fiables.

La raison à cela est qu’il est impossible de savoir si le rédacteur de l’article pratique bel et bien ce qu’il préconise, que le contenu écrit est parfois un simple copié-collé d’autres articles et parce qu’une expérience individuelle n’est jamais assez solide pour en justifier la formulation d’une généralité.

Reprenons donc le sujet depuis le début et essayons de trouver une cohérence d’ensemble entre les études scientifiques (si possible reproductibles) et les témoignages nombreux et concordants.

I - Les bienfaits

douche-froide

Ils sont nombreux, et ils pourraient être la résultante d’une adaptation ancienne à des conditions de vie exposées au froid (vie proche du pôle arctique, saisonnalité, contact avec des eaux fraîches et froides en mer, rivière et lac ou par la pluie).

Le contact régulier de l’eau froide permettrait alors de soumettre son corps à un stress, le maintenant dans une capacité de réponse aux stimuli et dans un niveau d’alerte supérieur.

A - Vertus physiques et physiologiques

1 - Boost du système immunitaire

Une étude publiée par PLoS One en 2016¹ a montré que des patients terminant leur douche quotidienne par de l’eau froide (30, 60 et 90 secondes à environ 12°C) déclaraient moins d’absence au travail pour maladie (29% en moins par rapport au groupe contrôle).

Cela serait notamment dû au fait que de prendre l’habitude de se doucher à l’eau froide, au moins en fin de douche, améliorerait notre capacité de réponse immunitaire.

L’autre possibilité, que nous reverrons plus loin, est une amélioration de l’humeur conduisant à une tendance plus faible à éviter de se rendre à son travail. L’étude n’en parle pas.

Enfin, la durée de l’exposition à l’eau froide ne semble pas être significative quant aux améliorations de santé observées.

2 - Diminution de l'état de fatigue

Que cela soit pour des personnes sportives, comme le montrait déjà une étude de 1957², confirmée depuis par une méta-analyse de 2017³, ou bien pour des personnes dont l’activité physique est plus ordinaire, les douches froides améliorent sensiblement l’état général de fatigue et le niveau de vigilance et de concentration.

Elles sont également efficaces pour favoriser la récupération après effort et notamment le recouvrement d’un rythme cardiaque normal.

L’une des raisons avancées pour expliquer cela serait une meilleure circulation sanguine générale (en réponse au froid) et donc une réduction des efforts fournis par notre cœur pour répondre aux besoins de l’ensemble du corps.

3 - Amélioration de la préparation à l'effort

Similaire aux observations précédentes, il apparaît, selon une étude publiée en 1969, qu’une douche froide de 10 minutes avant une activité physique permet d’optimiser ses performances pour un coût énergétique moindre.

Cela se traduira notamment par une meilleure endurance.

4 - Diminution de la douleur physique

Vertu connue du froid par toutes les personnes en recherche immédiate d’apaisement de la douleur, les douches froides et les applications plus locales ont un effet antalgique.

Cette propriété du froid s’explique par une réduction du métabolisme et de la vitesse de réponse du système nerveux induites par les basses températures6.

5 - Diminution des symptômes inflammatoires

Les témoignages abondent quant à la capacité du froid et particulièrement des douches froides à apaiser les symptômes de type inflammatoire (tendinite, arthrite, irritation des cartilages, psoriasis, diarrhées, etc).

Les raisons à cela sont similaires à celles évoquées plus haut et se rapportent notamment à l’effet vasoconstricteur produit par le froid (réduction du diamètre des vaisseaux sanguins).

De même qu’à ce sujet des médecines holistiques comme l’ayurvéda peuvent occasionnellement préconiser des bains froids pour réguler un métabolisme tendant à un excès de feu (nature inflammatoire).

6 - Brûleur de graisses

Une exposition au froid de manière très courte ou prolongée, ponctuelle ou quotidienne entraîne une modification de notre métabolisme.

Le besoin de maintenir notre corps à une certaine température (thermorégulation) requiert des mécanismes de gestion fine des calories.

Accélération du rythme cardiaque et respiratoire, frissons, tremblements… notre corps réagit au froid en se réchauffant.

Une exposition répétée à des températures basses, d’année en année, amène notre corps à devenir un véritable brûleur de graisse sur commande.

Cela permet donc de potentiellement éviter l’accumulation de cellules graisseuses pouvant devenir nocives lorsqu’elles se trouvent en excès (surpoids). C’est également un moyen d’augmenter le niveau métabolique de notre corps, le rendant plus résistant aux aléas environnementaux, plus à même de gérer des apports alimentaires riches et contribuant de ce fait à garder une constitution saine et un corps harmonieux.

En revanche, les personnes en recherche d’une silhouette élancée et sèche ne pourront uniquement se fier à cette approche car l’exposition au froid amène notre corps à conserver de la graisse isolante en protection en divers endroits et notamment le ventre et le cou.

Par ailleurs, cette transformation des capacités métaboliques du corps ne s’observe véritablement que par une exposition au froid importante et de longue durée, et non seulement par de courtes douches froides. Bien que les douches et bains froids stimulent notre capacité à brûler des calories, la différence ne se fait réellement que lorsque l’on adopte un mode de vie à température basse.

B - Vertus psychologiques

1 - Se reconnecter à son corps

Nombre de scientifiques se penchent depuis longtemps sur les effets du froid sur le psychisme.

L’un des phénomènes les plus notables et les plus évidents est la façon dont la stimulation par le froid nous amène à nous relier à notre corps.

En effet, le différentiel de température est tout indiqué pour nous rappeler notre enveloppe charnelle en créant une démarcation franche entre notre système interne d’environ 37°C et notre tissu externe qu’est notre peau.

Ce phénomène induit par le froid est à ce point concret qu’il existe des méthodes de traitement psychiatrique qui s’en inspirent.

Parmi elles, le packing, particulièrement indiqué dans les traitements des psychoses et de l’autisme, qui consiste à envelopper le patient de linges froids et humides.

Le choc thermique aidant, le patient peut parvenir à sortir de ses crises, parfois délirantes voire violentes, en se reliant à ses ressentis corporels.

L’effet secondaire de ce retour à soi est une diminution de l’anxiété et des symptômes psychotiques.

Lire cet article du Figaro pour en savoir plus.

2 - Antidépresseur naturel

Comme le montre un article scientifique publié en 20077, les douches froides ont tendance à stimuler notre système nerveux sympathique, à augmenter la production de certains neurotransmetteurs (bêta-endorphine et noradrénaline) et à solliciter le cerveau de manière plus générale en provoquant, par le choc thermique, des afflux nerveux importants.

Il en résulte un bénéfice antidépresseur avéré, sans effet secondaire et apparemment sans accoutumance marquée.

C’est effet positif sur le moral est l’un des éléments les plus rapportés dans les témoignages de personnes se douchant à l’eau froide.

3 - Augmentation de la concentration

Bien que cela soit évidemment lié à des phénomènes physiques, rappelons qu’une douche froide augmente notre niveau de vigilance.

Psychologiquement, cela va donc avoir tendance à nous maintenir dans un état de concentration important et améliorer nos capacités de travail et de performance.

C’est d’ailleurs une recommandation fréquente de la part de personnes proposant des techniques de développement personnel à des fins d’efficacité et de productivité.

C - Vertus spirituelles

Moins évidentes de prime abord et surtout très peu documentées en Occident, les pratiques thérapeutiques telles que les douches et bains froids peuvent aussi avoir des bienfaits d’ordre spirituel et existentiel.

1 - Se relier à son incarnation

Rejoignant le point précédent sur la reconnexion au corps, le froid permet en fait une reconnexion plus large à son être.

(Pour rappel, l’être au sens holistique inclut le corps, l’esprit et l’âme.)

Les personnes éprouvant des difficultés à sentir de manière nette et quotidienne les raisons de leur présence sur Terre pourront trouver par le froid un début de mieux-être.

Cela se manifestera par une augmentation du niveau de vigilance induit par l’inconfort des basses températures, nous forçant à nous concentrer sur le présent, notre corps et notre existence.

2 - S'approprier la souffrance

Bien que nombre de personnes apprécient sincèrement les douches froides, cela n’est pas confortable.

Le choc thermique que produit l’eau froide, voire glacée, est une souffrance pour notre corps, nonobstant le fait que celui-ci puisse en retirer de véritables bénéfices.

Cela signifie que santé et confort ne sont pas toujours liés, et que c’est encore une fois dans l’entre-deux que se trouve la vertu.

Prendre des douches froides, c’est apprendre à maîtriser notre réaction au stress, c’est ne pas écouter uniquement notre réflexe de confort mais explorer d’autres pistes de santé, voire de bonheur.

Être en capacité de s’approprier ses souffrances, et notamment celles consécutives au simple fait de vivre et d’avoir des sensations, est une étape cruciale de tout cheminement spirituel et est considéré par nombre de traditions comme une nécessité au bonheur.

Le simple fait de se rappeler chaque jour, par des douches froides, que la vie est un assemblage de confort et d’inconfort, d’équilibre et de déséquilibre, est une leçon importante.

Cette leçon se retrouve d’ailleurs jusque dans la biologie puisqu’il a été observé en laboratoire que le stress est propice, dans des doses modérées, à un bon état de santé (voir notre article sur le stress).

En outre, cette appropriation aura pour effet évident une augmentation de la confiance en soi par le fait d’être plus à l’aise dans la gestion de sa vulnérabilité d’être vivant.

3 - Une forme de méditation

En complément de ce qui vient d’être dit, nous pouvons considérer la pratique des bains et douches froids comme une méditation.

En effet, un choc thermique entraîne une réaction et un début de panique de notre mental. Prendre le temps d’observer ses fonctionnements réflexes face au froid et apprendre à les maîtriser est en soi une pratique méditative (c’est d’ailleurs une pratique courante chez les yogis et certains moines bouddhistes).

Cet entraînement, répété de nombreuses fois, constitue une discipline sérieuse pouvant déboucher sur une excellente maîtrise de l’esprit et donc du corps.

Pour exemple, le champion des bains glacés Wim Hof, détenteur de nombreux records en la matière, témoigne régulièrement, et ce depuis des années, que la pratique qu’il a développée est d’une nature méditative où l’esprit parvient à influer significativement sur le corps.

Des expériences en lien avec ses aptitudes ont d’ailleurs contredit certaines certitudes scientifiques en matière de gestion thermique du corps.

II - Les dangers

Bien que les douches froides et les bains glacés soient propices aux bienfaits qui viennent d’être exposés, ils comportent quelques risques.

Malheureusement, les études sur le sujet sont rares, aussi la vigilance à avoir quant à cette pratique doit être d’abord considérée comme un principe de précaution.

A - Les risques cardiaques

Puisqu’un choc thermique provoque immédiatement un réflexe de stress, l’accélération du rythme cardiaque est un symptôme normal.

Cela n’aura aucune incidence pour les personnes ayant un cœur correctement constitué mais cela peut devenir dangereux en cas de pathologies cardiaques importantes.

En effet, l’accélération brutale du pouls peut entraîner des crises ou des emballements chez les personnes fragiles. De même, la constriction réflexe des vaisseaux sanguins due au froid n’est certainement pas sans effet sur le cœur.

B - Les risques immunitaires

Sur ce sujet, nous n’avons trouvé que très peu d’informations mais considérons important de le signaler : des mises en garde ont été formulées au sujet de personnes ayant un système immunitaire défaillant.

En effet, à l’instar du rythme cardiaque, il est possible que la stimulation produite par les douches froides ne soit pas adaptée pour des personnes souffrant de pathologies en lien avec le système immunitaire et notamment le sang.

C - Les risques d'évanouissement

Ils sont rares mais peuvent survenir lors d’un choc thermique particulièrement important au niveau de la tête et dû à une modification trop brutale de la pression sanguine.

Les dangers que représente un évanouissement sous la douche sont surtout dus au risque de chute et de blessure, notamment de choc au niveau du crâne.

Nous verrons au chapitre suivant comment ne pas courir ce risque et prendre les bonnes habitudes.

III - Trouver la bonne approche

douche-froide-bonne-approche

Nous l’avons vu, les douches et les bains froids constituent une bonne pratique de santé, mais encore faut-il s’y prendre correctement pour en retirer un maximum de bénéfices.

A - Y aller progressivement et sûrement

Les personnes qui n’ont jamais essayé la pratique des douches et bains froids et qui ont un tempérament impétueux voudront probablement se plonger directement dans un bain d’eau glacée.

Ce n’est généralement pas une bonne approche car ce type de réaction face à une nouvelle découverte donne souvent lieu à un engagement très éphémère, sans parler des risques éventuels précédemment cités.

Typiquement, ce genre de personnes prendra des douches et des bains très froids pendant plusieurs jours d’affilée avant de tout arrêter et de revenir à ses habitudes précédentes. Cela n’apporte rien. (Cette attitude extrême est d’ailleurs considérée dans certaines régions d’Asie comme un trouble qui témoigne d’un déséquilibre.)

À l’inverse, les personnes qui aiment leur confort pourront avoir tendance à “faire semblant” et à ne pas vraiment s’adonner à la pratique du froid.

Elles laisseront couler quelques secondes d’eau tiède en fin de douche en se disant qu’elles en ont fait suffisamment.

Dans les deux cas il n’y aura pas de réel changement d’habitude et donc, pas de bénéfices.

Pour que la pratique des douches froides ait un sens, il convient de s’y accoutumer peu à peu.

Un exemple de méthode à appliquer :

  • prendre des douches sensiblement moins chaudes,
  • terminer ses douches par au moins 1 minute d’eau fraîche à froide,
  • prendre 1 à 2 douches par jour, la seconde pouvant être un simple rinçage à l’eau froide pendant 1 minute,
  • si possible, pratiquer des bains frais à froids, une fois par semaine,
  • éviter de mouiller la tête trop brusquement et éventuellement commencer par rafraîchir la nuque,
  • augmenter peu à peu le temps d’exposition à l’eau froide,
  • compléter avec des baignades en nature dans des eaux fraîches (mer, rivière, lacs), y compris en dehors de la période d’été,
  • apprendre à maîtriser sa respiration (rythme, amplitude) afin de gérer le stress déclenché par le froid.

B - De l'inconfort au bien-être

Les premiers essais pourront paraître laborieux et désagréables. C’est assez normal, car nous nous mettons dans une situation d’inconfort.

Cependant, les avantages que nous allons en retirer seront supérieurs à cet inconfort et pourront nous amener à réellement apprécier nos “temps froids”.

Cela pourra même aller plus loin en augmentant significativement notre qualité de vie : entrain, dynamisme, bonne humeur, tonus, etc.

Certaines personnes pourront aussi observer des améliorations de leur état de santé global, et notamment en cas de maladies chroniques de type inflammatoire.

La balance coût-avantage en devient donc très positive et participera à notre bien-être.

C - Vers la méditation

Les personnes les plus appelées par la spiritualité et la maîtrise de l’esprit pourront trouver en cette pratique, et en plus des bienfaits déjà présentés, une voie méditative, parfois mystique.

C’est le cas du champion Wim Hof, déjà cité. C’est également le cas de certains méditants extrême-orientaux.

L’inconfort étant à la base de tout développement spirituel (nous évoluons car notre situation présente n’est pas acceptable), le fait de s’y confronter volontairement permet d’en accélérer le processus (cette approche est d’ailleurs à l’origine des pratiques religieuses de mortification).

Les douches et bains froids prendront en ce cas la forme de rituels et de pratiques disciplinés et d’ordre mystique, pouvant amener à de véritables bouleversements intérieurs.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. juin 12, 2020

    […] douches et bains froids seront également bienvenus, en plus de leurs bienfaits multiples (voir notre article sur le sujet), ils aident à équilibrer le feu intérieur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.