Les avantages de la luminothérapie

soleil-champ-ete

Le Soleil est indispensable à notre vie et à notre santé. Il est donc nécessaire de s’y exposer de manière idoine, ni trop peu, ni excessivement.

Notre mode de vie moderne, sédentaire, assez casanier, citadin et bien souvent occupé à des emplois tertiaires de bureau, le tout devant un ordinateur, a radicalement modifié la qualité et la quantité de notre exposition au Soleil.

I - Le Soleil : notre premier luminothérapeute

La lumière que notre peau reçoit est de plus en plus artificielle, et parfois inadaptée à notre corps. Sans le savoir, nous nous affaiblissons, notre moral baisse, nos rythmes biologiques se dérèglent et notre système immunitaire avec.

Nous passons un temps considérable enfermés dans des bâtiments. Nous profitons rarement d’une exposition directe au Soleil et il arrive, notamment en ville, que l’exposition indirecte soit franchement faible.

A - Régulateur de nos cycles biologiques et antidépresseur

La façon dont nous percevons la lumière, notamment via des récepteurs à l’intérieur de nos yeux (cônes, bâtonnets et ganglions¹) a un impact sur nos rythmes biologiques et notre humeur.

Lorsque nous nous exposons à la lumière solaire, notre corps adapte son cycle circadien (journalier) sur notre astre. Nous nous réveillons à l’aube et nous endormons au crépuscule, comme bon nombre d’animaux.

Cependant, notre mode de vie moderne nous amène bien souvent à nous lever avant le Soleil et à nous coucher après lui. Cela dérègle notre cycle. Cet effet, connu depuis les années 80, est d’autant plus sévère que les lumières artificielles que nous utilisons n’émettent que rarement dans un spectre proche du Soleil.

Ce que l’on appelle la photopériode (durée du jour et de la nuit), et qui varie au cours de l’année, induit dans notre corps des sécrétions hormonales prévues pour nous assurer une vie diurne régulière.

L’aube déclenche en nous un afflux de cortisol, d’adrénaline et de sérotonine. Trois hormones destinées à nous donner un coup de fouet pour transiter d’un état de sommeil à celui de veille. Ces hormones augmentent notre concentration, notre réactivité et notre entrain. La sérotonine est également associée au sentiment de bonheur et de plénitude².

Lorsque le crépuscule approche et que nos yeux perçoivent une baisse d’intensité lumineuse, la mise en branle des hormones d’activité diurne cesse et sont peu à peu remplacées par celles qui correspondent à notre entrée dans l’état de sommeil : mélatonine, adénosine et orexines.

Une exposition assidue et modérée à la lumière solaire directe aura donc tendance à :

  • nous maintenir de bonne humeur ;
  • favoriser notre endormissement et notre repos ;
  • nous faire profiter de réveils agréables et sains ;
  • augmenter notre concentration et notre efficacité durant la journée.

Les personnes souffrant donc d’insomnie, de décalage horaire, de fatigue chronique, de difficultés de mémorisation et de concentration, de dépression, de sautes d’humeur ou de réveils brumeux pourraient donc s’enquérir de leur exposition au Soleil afin de déterminer si elle est suffisante !

B - Source de vitamine D

La lumière solaire est la première source d’énergie nous permettant de synthétiser la fameuse vitamine D (à partir des UVB, une gamme d’ondes UV de longueur d’onde assez courte et naturellement captée par notre peau).

Cette vitamine est indispensable à notre santé (voir notre article sur la vitamine D) : elle nous aide à assimiler le calcium, à avoir une bonne constitution globale, à maintenir la santé de nos muscles, à être plus détendus, elle réduit le risque de cancer et améliore notre système immunitaire.

Le meilleur moyen de maintenir une bonne synthèse de vitamine D est de s’exposer régulièrement au Soleil (si possible tous les jours), de manière temporaire (pas d’exposition prolongée pour les peaux claires) et en contact direct avec sa lumière (pas derrière une vitre).

C - Allié du système sanguin

La lumière solaire a également un impact sur notre système sanguin et respiratoire.

Lorsque nous nous y exposons de manière raisonnable, nous réduisons notre pression sanguine par l’action de la chaleur et du monoxyde d’azote3, 4, limitant ainsi le risque d’accident cardiovasculaire et préservant l’ensemble de nos organes.

Cet effet vasodilatateur est également bienvenu en cas d’hypertension artérielle et de maladie de peau comme le psoriasis (voir notre article complet sur le psoriasis) ou l’eczéma.

II - Carences et solutions

ampoule

La quasi totalité des personnes vivant dans les sociétés modernes d’Europe et d’Amérique du Nord sont carencées en lumière solaire. D’abord parce que nos modes de vie limitent drastiquement notre exposition, mais également parce que les latitudes où nous vivons présentent des périodes hivernales où le Soleil se fait rare.

Fort heureusement, notre peau claire s’est adaptée à ces conditions afin de maximiser notre capacité à profiter du moindre rai de lumière.

A - Adapter son mode de vie

Attention cependant à prendre ou garder les bonnes habitudes, et mettre le nez dehors si possible un peu chaque jour, sans s’exposer excessivement (en cas de Soleil éclatant, ne pas s’exposer directement, porter un couvre-chef, chercher de l’ombre).

La première solution au manque de Soleil (qui peut se déceler à travers ce qui a été dit précédemment) est d’adapter son mode de vie.

Travailler de temps à autre à l’extérieur (même avec son ordinateur portable), se mettre au jardinage, prévoir des balades quotidiennes (ne serait-ce qu’une demi-heure de marche par jour), se coucher et se lever plus tôt, modifier ses huisseries pour obtenir de plus grands ouvertures, ouvrir les fenêtres chaque fois que c’est profitable, etc.

Il est nécessaire cependant d’équilibrer ses habitudes : éviter la bronzette, ne pas s’exposer excessivement, se protéger sitôt que l’on ressent la lumière solaire comme agressive. Appliquer éventuellement de la crème solaire, mais uniquement produite à partir de produits naturels issus de l’agriculture biologique (nous déconseillons fortement toutes les autres crèmes) : voir notre article pour la réaliser soi-même.

B - Les lampes de luminothérapie

Pour les personnes qui ne peuvent faire en sorte de davantage s’exposer au Soleil (soit parce que leur lieu de vie est très citadin ou proche des pôles terrestres ou parce que leur travail est nocturne), il est possible d’avoir recours à des lampes spécialement conçues pour imiter la lumière solaire et procurer des effets presque équivalents.

Ces lampes sont livrées avec des notices donnant des indications sur le mode et les temps d’exposition. Pour les lampes de luminothérapie classiques, cela correspond généralement une demi-heure d’exposition le matin au réveil à une distance de 30 cm du foyer, les yeux fermés.

Cette “cure de lumière” sera particulièrement indiquée en période froide, à faible luminosité. C’est d’ailleurs une habitude de plus en plus ancrée dans le mode de vie des Scandinaves que d’avoir recours à ce type de lampes, y compris dans des solariums spécialisés, principalement pour des raisons d’humeur dépressive.

Ces lampes peuvent prendre différentes formes, certaines ressemblent à une paire de lunettes. Vous trouverez différentes solutions sur cette page.

Attention cependant, les protocoles d’exposition de ce type sont contre-indiqués pour les personnes souffrant de maladies oculaires telles la cataracte ou la dégénérescence maculaire.

Des contre-indications ont aussi été formulées en ce qui concerne les personnes ayant des troubles de type bipolarité.

C - Se recharger en vitamine D

Pour les personnes qui ne peuvent faire en sorte de davantage s’exposer au Soleil ou à la lumière d’une lampe de luminothérapie (hypersensibilité à la lumière), il est possible de rééquilibrer en partie notre taux de vitamine D grâce à notre alimentation (poissons gras, produits laitiers et certains champignons) et à des compléments alimentaires.

Cette solution est à envisager en cas de carence importante et pour les personnes qui ne peuvent faire autrement. En effet, au-delà de l’apport en vitamine D, l’exposition raisonnable au Soleil reste une habitude extrêmement favorable à notre santé et à notre bien-être comme nous l’écrivions précédemment.

III - Les luminothérapies spéciales

solarium

En-dehors des systèmes de luminothérapie destinés à corriger un manque d’exposition au Soleil, il existe des traitements luminothérapeutiques spéciaux, indiqués notamment pour le soin de certaines maladies ou dans une optique de performance.

A - Maladies de peau

Certains dermatologues prescrivent pour les personnes atteintes de psoriasis ou d’eczéma des séances de luminothérapie se déroulant dans des cabines spécifiquement développées pour ce type de soin.

Il en ressort un soulagement des symptômes (douleurs, démangeaisons, éruptions) et surtout une absence d’effets secondaires (parfois très lourds en ce qui concerne la médication allopathique anti-psoriasis).

Ces séances, mettant à profit l’effet positif des ultraviolets sur les peaux psoriasiques ou eczémateuses, doivent se dérouler sous contrôle dermatologique strict.

B - Recherche de performance

En dehors du champ de la santé et de la guérison, certaines personnes pourront être intéressées de considérer les bénéfices apportés par la lumière solaire naturelle ou imitée (capacité de concentration et réactivité) dans un but sportif ou plus simplement de performance.

C - Autres pistes de santé

Voici une liste non exhaustive des application possibles des bienfaits de la lumière solaire, naturelle ou imitée :

  • réduire la dépendance à l’alcool ;
  • agir positivement sur les troubles alimentaires (anorexie, boulimie) ;
  • ralentir la dégénérescence cérébrale due à la maladie d’Alzheimer ;
  • amoindrir la fatigue provoquée par la sclérose en plaques ou la maladie de Parkinson ;
  • réduire les effets du syndrome prémenstruel.

L’ampleur de l’efficacité réelle de la luminothérapie dans les soins associés à ce type de troubles et de désordre est encore à l’étude, certains articles scientifiques ne donnant qu’un premier aperçu méritant un approfondissement.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. mai 9, 2020

    […] exposition raisonnable au Soleil. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.