La géobiologie : harmoniser son habitat

Relativement connues mais encore trop peu exploitées, la géobiologie, et ses cousines la radiesthésie et le feng shui, proposent un ensemble de connaissances, allant de la science tangible à la validation par le ressenti des améliorations prodiguées.

Ce que nous appellerons ici simplement géobiologie, s’intéresse à trois champs différents : la matière, l’immatériel et le subjectif.

Cette discipline intervient aussi bien dans une maison d’habitation (y compris les bateaux), que dans un local professionnel, un bâtiment d’élevage, un lieu de culte ou un potager.

I - La géobiologie : une science de l'environnement

maison

Laissons pour le moment de côté tout ce qui est de l’ordre du ressenti, de l’invisible et du “subtil” (nous y viendrons plus loin) et concentrons-nous sur l’habitat dans son sens matériel.

Un problème de santé, une sensation chronique de mal être, un état apathique ou au contraire hyperactif, des maladies graves comme le cancer ou certaines maladies dégénératives peuvent être déclenchées ou aggravées par un milieu de vie nocif.

A - Les éléments à prendre en compte

Le géobiologue consciencieux fera donc en premier lieu un examen attentif de votre lieu de vie ou de travail. Il vous posera des questions sur les matériaux utilisés, sur l’installation électrique, sur l’exposition aux antennes relais, à la Wi-Fi, aux téléphones sans fil, etc. Il pourra éventuellement apporter avec lui les appareils de mesure nécessaires pour répondre à certaines de ces questions.

À ce propos, il est préférable que toutes les personnes habitant les lieux soient présentes au moment de l’examen pour que le professionnel obtienne un maximum d’informations sur les ressentis de chacun, et les désagréments rencontrés.

B - Les mesures à prendre en cas de problème

Il arrive après examen des lieux de vie que des éléments problématiques soient mis en évidence. Pas de panique, des solutions existent, parfois peu onéreuses, afin d’améliorer tout ça.

1 - Les matériaux nocifs

Il se peut que nous ayons chez nous des matériaux nocifs sans que nous le sachions. Cela provient principalement d’habitudes de consommation de produits bon marché au sujet desquels le grand public n’est pas ou peu informé, et pour lesquels les alternatives saines ne sont pas toujours évidentes à trouver.

Par exemple, un mur en placoplâtre, isolé laine de verre et recouvert d’une peinture glycéro pourra provoquer chez certaines personnes des problèmes de peau, de respiration et parfois des étourdissements (un article pour en savoir plus). Si un tel type de mur est présent chez vous, il faudra songer à le remplacer, par exemple, par un mur de chaux mêlé de chanvre avec une finition en enduit de chaux et de pigments naturels (ocre, oxyde de fer, terre de Sienne), bien plus respectueux de notre santé.

Les moquettes sont également la source de nombreux maux : traitements chimiques, agents colorants ou blanchisseurs, nid à acariens et à poussière. Elles peuvent être à l’origine de toux chroniques et d’allergies de la sphère ORL ou cutanée.

Pensez à les remplacer par du jonc de mer, du sisal ou du plancher.

De la même manière, les papiers peints, les canalisations, les ciments, les colles de carrelage et les bois traités (dont les lambris) sont à considérer. Pour tous ces produits il existe des solutions saines.

Un autre élément peut aussi apparaître comme le signe d’un usage de matériaux inappropriés est le taux d’humidité atmosphérique des espaces de vie. Trop ou trop peu respirants, certains matériaux ne sont pas adaptés à notre environnement ou au climat de notre lieu de vie. Les conséquences sur la santé sont parfois importantes, en effet un excès d’eau peut provoquer des problèmes de peau, de moisissures, de pourrissements de matériaux (qui peuvent alors relâcher des substances toxiques) tandis qu’un manque d’eau peut poser des problèmes pulmonaires chez les personnes fragiles et notamment les personnes âgées.

2 - Les problèmes électriques et électromagnétiques
electricien

Souvent négligés dans les analyses courantes de santé, les conditions d’électrification et d’émission d’ondes d’une maison sont l’un des points les plus attentivement étudiés par la géobiologie.

Vérification de la prise de terre, exposition des lits aux ondes Wi-Fi et aux téléphones portables et sans fil, exposition aux antennes relais, aux appareils électriques, tous ces éléments doivent être contrôlés, d’autant que les désagréments qu’ils peuvent causer sont parfois assez graves et constituent une menace pour notre santé : migraines, stérilité, insomnies, etc.

Voir notre article complet sur l’impact des installations électriques sur notre santé et comment s’en protéger.

3 - Le manque de silence et de lumière

Embarqué dans notre quotidien et ses routines, nous oublions parfois nos besoins essentiels.

La pollution sonore est un des problèmes majeurs de nos sociétés développées et particulièrement des personnes vivant en espace urbain (voir cet article).

Ce bruit permanent impacte notre santé de manière négative (il impacte aussi notre environnement naturel) : stress, crispations, difficultés de concentration. Il peut dans certains cas conduire à un tempérament colérique et à des crises de nerfs affectant notre santé mentale.

Par ailleurs, il arrive que certains bâtiments présentent une acoustique déplorable (échos, résonance, ondes stationnaires). Pensons aux traitements acoustiques pour résoudre ces problèmes.

De la même manière, il arrive que certains lieux de vie soient particulièrement sombres. On le sait, le Soleil est indispensable à notre santé, aussi, vivre au quotidien dans des espaces sans lumière solaire directe est un problème.

Fort heureusement des solutions existent. Pour lutter contre le bruit, des matériaux d’isolation phonique, des casques anti-bruit ou des bouchons d’oreille existent. En ce qui concerne la lumière, envisager des fenêtres plus grandes, des miroirs ou des lampes de type luminothérapie (voir notre article sur le sujet), imitant le spectre lumineux solaire, éviter les ampoules produisant une lumière froide (chargée en ondes bleues).

4 - La disharmonie des formes et des couleurs
maison-tordue

Souvent oubliée, trop peu considérée de manière générale et parfois simplement ignorée, l’harmonie des formes et des couleurs est essentielle à notre bien-être.

Une pièce excessivement rouge, un plafond particulièrement bas, des angles aigus surabondants, une absence de lignes droites. Voici quelques exemples de disharmonie qui, s’ils sont notablement présents dans un habitat courant (logement, bureau) peuvent provoquer des troubles sérieux.

Il existe à ce propos des faits divers assez révélateurs, où les choix de certains architectes s’avèrent catastrophiques. Qui aurait envie de passer des journées entières dans des pièces sans fenêtres ? Dans une salle rouge cerise ? Sous un plafond en pyramide inversée ?

Si vous êtes propriétaire de votre bien, que vous avez du temps et/ou suffisamment d’argent, vous pouvez remplacer les éléments problématiques par des solutions plus harmonieuses (couleurs sobres, angles droits ou obtus, une nouvelle hauteur sous plafond). Mais si vous êtes locataire, peu fortuné ou à cours de temps à consacrer, il est tout de même possible d’intervenir sur certaines choses. Disposer un miroir ou un drap pour cacher un angle désagréable ou agrandir une pièce, rendre certains éléments du décor amovibles, installer des trompe-l’œil ou des images créant des effets de profondeur, tels sont des pistes à envisager pour améliorer son lieu de vie.

C - Prendre de bonnes habitudes

Afin de ne pas reproduire les erreurs aperçues, il est nécessaire de garder à l’esprit que toute modification d’un habitat aura un impact sur les habitants. Aussi, que cela soit dès la construction, lors d’une rénovation, ou simplement d’une nouvelle décoration, renseignons-nous sur les risques et prenons le temps de nous informer et de ressentir la manière dont un éventuel changement impacterait notre état général.

Cette habitude devrait dans l’idéal être aussi appliquée par les professionnels du bâtiment et de la construction, architectes inclus.

II - Des compétences suprasensibles

Certains géobiologues ne s’intéressent pas seulement à l’aspect matériel des lieux de vie tel que nous venons de le voir mais incluent dans leur prestation un examen de dimensions plus subtiles de l’habitat.

Ce champ de compétences ne repose pas sur des faits tangibles et prouvés scientifiquement. Cependant, certains témoignages rapportent des concordances, parfois surprenantes entre ce que les géobiologues expliquent et avancent et la réalité de certains faits, ou de certains ressentis.

Il arrive que ces professionnels utilisent pour s’accompagner des outils de radiesthésie tels que le pendule, les baguettes de sourciers ou l’antenne de lecher.

pendule

A - Les phénomènes souterrains

Pour un géobiologue, établir le plan d’une maison inclut le fait de déterminer les passages de sources d’eau souterraines, de cavités, de remblais ainsi que le quadrillage des réseaux telluriques métalliques.

1 - Les sources d'eau souterraines

Dans la pratique géobiologique commune, les sources d’eau souterraines ne sont pas des éléments anodins et doivent être pris en compte pour se renseigner sur la tendance d’un lieu de vie à garantir ou non une bonne santé.

De manière classique, on fera en sorte de ne pas disposer de lit à la vertical d’une source souterraine.

L’usage de plantes, de roches (comme l’obsidienne ou le quartz par exemple) ou certains rituels pourront rééquilibrer l’impact de l’eau souterraine sur votre habitat.

2 - Les réseaux telluriques

Réalité pour les uns, fruits de l’imagination pour les autres, les réseaux telluriques ne font pas l’unanimité. Certains géobiologiques les prennent cependant très au sérieux.

Ils seraient une émanation naturelle des métaux présents sur Terre (et notamment au centre de notre planète) et se présenteraient sous forme de grilles (chacune correspondant à un métal), aux mailles plus ou moins resserrées selon les lieux.

Les croisements de ces lignes sont réputés particulièrement problématiques et il est fortement déconseillé de placer un lit sur un de ces croisements.

Les solutions de rééquilibrage seront similaires à celles utilisées pour réduire les impacts liés aux sources souterraines.

3 - Les failles, les cavités et les remblais

Afin de demeurer le plus exhaustif possible, ajoutons que les failles de roche souterraines, les cavités closes (grotte, cave condamnée) et les remblais sont également considérés comme nocifs pour les habitants se trouvant au-dessus.

Si le remblais ne peut être retiré, il est possible de neutraliser ses effets négatifs par des roches, des plantes, des symboles et des rituels de type magique.

B - Les phénomènes énergétiques

Ce domaine non plus, la science telle que nous la connaissons ne le reconnaît pas. Elle considère même pour le moment les notions d’énergie ou d’énergétique comme des fantasmes.

Cependant, nos propres expériences, les témoignages que nous avons recueilli et certaines concordances de faits nous ont amené à considérer sincèrement ce sujet.

Gardons tout de même une vigilance quant à la propension de l’être humain à croire ce qu’il espère vrai plutôt que d’observer le réel tel qu’il est.

1 - La mémoire des murs et les formes-pensées

L’histoire d’un lieu imprègne ce dernier, et cette imprégnation influence fatalement les personnes qui vivent dans ce même lieu. C’est certainement pour cette raison que les vieilles maisons nous touchent de manière curieuse quand nous y mettons les pieds, tandis qu’un bâtiment neuf sera parfois considéré comme n’ayant pas “d’âme”.

Cette trace du passé peut être vécue comme positive ou négative. Par exemple, des générations de familles soudées et aimantes pourront conférer à une maison une aura de solidarité et d’amour.

En revanche, si un ou plusieurs évènements dramatiques s’y sont déroulés (suicide, meurtre, divorces, deuils, etc), il se peut que ceux-ci imprègnent encore le lieu et notamment son gros œuvre (on parle de mémoire des murs et lorsque l’énergie cristallisée correspond à une thématique en particulier, comme la jalousie ou la rancœur, de forme-pensée*).

Dans ce type de situations, le géobiologue compétent prendra le temps qu’il faudra (parfois plusieurs jours dans les situations les plus compliquées) pour libérer de la matière les énergies qui y sont incrustées. Il pourra utiliser des rituels magiques, du son (chant, bols tibétains, flûtes, tambour), des pierres, de l’eau et des fumigations pour rééquilibrer le lieu de manière idoine.

Certains praticiens clairvoyants pourront également discerner à l’œil nu ces phénomènes (formes mouvantes, taches noires, fumées diffuses, brillances, etc) tandis que les clairaudiants pourront entendre des voix du passé ou des grésillements, des bruits de fonds.

2 - Les esprits et les fantômes
fantome

Phénomènes énergétiques autonomes qui ne sont pas toujours inféodés au lieu qu’ils habitent ou traversent, les esprits, parfois appelés fantômes, recouvrent un ensemble de réalités qu’il serait trop long à détailler ici.

Leur présence peut être apaisante, revigorante ou au contraire plombante, épuisante et devenir un vrai désagrément quotidien. Plus rarement ils pourront être à l’origine de phénomènes de hantise (poltergeist) et de possession.

La solution la plus simple et la plus efficace pour rééquilibrer une habitation abritant ce type d’êtres est de faire venir une personne qui est capable d‘entrer en communication directe avec les esprits, et qui possède un ancrage fort (caractère affirmé, peu influençable). Certains praticiens pourront également utiliser des symboles, des fumigations, de l’eau, des chants et bien d’autres rituels. Dans tous les cas, la clarté d’esprit est primordiale pour éviter d’aggraver la situation.

3 - Les artefacts et la magie noire

D’une origine proche des formes-pensées, les artefacts énergétiques sont de petits éléments témoignant d’une intention si forte qu’elle s’est incarnée dans un phénomène énergétique. Ce sont par exemple des murs invisibles produits par des personnes exprimant un besoin de solitude important et craignant d’être dérangées. On trouve aussi parfois des pièges énergétiques dans certains pièces d’habitation et révélant des peurs d’agression ou de violation d’intimité.

Ils peuvent parfois être vécus comme positifs, comme une bulle de bienveillance qui se placerait à l’entrée d’une maison, témoignant d’un excellent accueil aux visiteurs.

Cependant, lorsqu’ils entravent le bonheur quotidien, il convient d’y remédier. Pour ce faire, les exemples de solutions cités précédemment fonctionnent.

Lorsque ces artefacts sont particulièrement gênants et envahissants, la question d’une pratique magique malveillante se pose. On parle alors de magie noire.

La magie noire est le produit énergétique volontaire et conscient d’une intention malveillante envers autrui. Elle s’accompagne donc d’une connaissance de la magie de la part de son auteur et d’un ensemble de rituels où l’usage de symboles n’est pas rare.

Le praticien géobiologue compétent dans ce domaine appliquera les mêmes méthodes que celles décrites précédemment pour améliorer la situation mais il pourra, et parfois devra, remonter à la source du problème pour le désamorcer.

La meilleure issue étant une entente énergétique (ou même relationnelle si la personne a été identifiée et que l’on peut la joindre) apaisée avec le magicien à l’origine de cette magie malveillante. En cas d’impossibilité de négociation cela ressemblera à une joute entre magiciens et c’est le plus doué des deux qui l’emportera.

4 - Informer la matière

Autre domaine parfois abordé par le géobiologue, celui de la dynamisation de certains éléments de la maison. Cette technique consiste à informer ceux-ci (par exemple un réseau électrique ou un réseau d’eau) par des symboles, des pierres ou des rituels.

La dynamisation qui en résulte (dans ce sens où il s’agit de l’application d’une technique favorisant la bonne santé) sera diffusée par le réseau.

Ainsi, certains géobiologues vous proposerons d’apposer sur votre compteur électrique des papiers ornés de symboles ou bien vous suggéreront-ils de placer un quartz rose, ou autre roche, au-dessus de votre chauffe-eau.

Note : sur ce point, nous n’avons pas pu rassembler un nombre significatif de témoignages confirmant l’utilité d’une telle prestation. À considérer donc avec circonspection.

C - Géobiologie statique ou dynamique

holistique

Nous avons observé chez Santé Holistique fr deux types d’approches géobiologiques en ce qui concerne la manière de travailler avec les énergies dites subtiles.

1 - L'approche statique

La première consiste à appliquer la théorie que nous venons de présenter de manière systématique : un phénomène notoirement considéré comme nocif est identifié, il est corrigé.

Nous qualifions cette approche de statique, car elle est immuable, on l’applique partout de la même manière.

Si elle peut être efficace dans certaines circonstances nous ne la recommandons pas (bien qu’elle soit appliquée par la plupart des géobiologues).

En effet, cette façon de faire présente un risque non négligeable, car elle fait fi du chemin de vie des personnes concernées par les phénomènes (les habitants ayant contacté le géobiologue).

Simple croyance ou réalité, sur ce sujet la science n’a pas non plus de réponse à donner. Nous estimons cependant que chaque être humain est unique et que sa vie et ses expériences sont la résultante de sa destinée et de ses choix, et donc aussi de sa vision du monde, de ses pensées, de ses opinions et de ses blocages intérieurs. Aussi, appliquer une méthode thérapeutique de manière identique chez n’importe quelle personne peut venir contrarier les expériences en cours et les leçons de vie qui pouvaient en être tirées.

Donnons un exemple pour illustrer le propos : une mère de famille appelle un géobiologue pour venir examiner sa maison. En effet, ses enfants se plaignent de voir fugacement des personnes passer dans certaines pièces et s’en inquiètent. Cette maman rapporte des impressions similaires bien que moins déterminées tandis que le père des enfants n’a pas remarqué quoi que ce soit d’anormal.

Si le géobiologue a une approche statique, il fera en sorte de faire disparaître le phénomène gênant et repartira sur ces entrefaites une fois le travail achevé.

Malheureusement, quelques semaines plus tard l’un des enfants tombe gravement malade. Que s’est-il passé ?

2 - L'approche dynamique

La présence des esprits dans la maison était en vérité des âmes de personnes défuntes, peinant à poursuivre leur chemin vers l’au-delà. Leur présence a été permise par un phénomène d’attraction dû aux angoisses de la mère de famille, pour qui l’idée de la mort est insupportable.

Son chemin, par la rencontre avec ces esprits défunts était de mieux appréhender son rapport à la mort. Cependant, en faisant intervenir le géobiologue, qui a fait disparaître les âmes qui la troublaient, elle et ses enfants, elle s’est elle-même privée de cette invitation à apprendre et à avancer sur son rapport à la mort. La maladie de son enfant est donc peut-être une nouvelle manière de la confronter à ces angoisses.

Son mari n’ayant pas observé ces phénomènes, elle a considéré qu’il était simplement “moins sensible” alors qu’en vérité sa présence rassurante et son rapport à la mort, peut-être moins crispé, suffisait à temporairement faire disparaître les esprits.

À ce titre, l’effet de “retour de flammes” que peut induire le fait d’interrompre une leçon de vie est assez aléatoire et ne doit pas être pris à la légère.

Un géobiologue dont l’approche est dynamique (on pourra aussi l’appelée holistique) sera censément plus attentif et plus conscient. Il prendra le temps de connaître un tant soit peu les habitants du lieu qu’il vient examiner et peut les impliquer dans les rituels d’harmonisation.

Il arrive même très souvent que le simple fait d’appliquer ses méthodes thérapeutiques directement sur les personnes suffisent à rééquilibrer un lieu. En cela, l’examen de la maison sera avant tout une manière de poser un diagnostic sur la situation psychologique et relationnelle de la maisonnée et servira à poser un axe de soin.

Un point important dans cette approche pour les géobiologues est de réduire au minimum l’influence de nos a priori pour se centrer sur les personnes et ce qu’elles vivent et traversent. 

III - Le bon géobiologue au bon moment

puzzle

Nous avons passé en revue les domaines d’expertise du géobiologue. Résumons maintenant ce qu’il faut en retenir lorsque nous souhaitons faire appel à ce professionnel.

A - Si possible, avant de construire

Il est toujours de bon aloi que de faire venir un géobiologue avant d’ériger une maison, un local professionnel ou un bâtiment d’élevage. Celui-ci pourra nous aider dans le choix d’orientation du bâti, dans le choix des matériaux, des options à prendre en termes d’installation électrique et de raccordement à internet, dans la façon d’œuvrer avec les énergies et les esprits du lieu.

Des compétences en feng shui pourront venir compléter cette approche. De même que certaines personnes pourront être intéressées par de telles compétences dans un projet potager.

Ce préalable permettra d’éviter bien des désagréments et pourra même nous sauver la vie dans certains cas (notamment en ce qui concerne le sain usage de l’électricité dans un espace domestique).

B - Scientifique et énergétique

Nous avons présenté les deux domaines, matériel et scientifique, subtile et énergétique. À ce propos nous recommandons de faire appel à des géobiologues ayant la double compétence.

En effet, non seulement ces derniers seront à même de vous proposer une prestation globale et tendant à l’exhaustivité, mais les deux champs de compétences s’équilibrent l’un l’autre.

Des professionnels qui ne vont jurer que par leurs instruments de mesure et la théorie de leur savoir sur les matériaux vont parfois manquer des éléments importants car ils ne développent pas leur sensibilité aux ambiances et aux êtres.

À l’inverse, des personnes qui vont se cantonner à aborder les choses de manière uniquement énergétique perdent parfois de vue l’essentiel, comme une mauvaise installation électrique.

Chercher à être exhaustif est toujours la meilleure solution en matière de santé.

C - Dynamique plutôt que statique

Vous l’avez sans doute déjà compris, chez Santé Holistique fr, nous sommes partisans de l’approche dynamique de la géobiologie.

Lorsque nous estimons qu’il est temps de faire appel à un géobiologue, essayons de nous renseigner au préalable sur son approche. Plus elle semblera inclure les particularités d’existence des personnes concernées, plus cela augurera d’une prestation réussie.

N’hésitons pas non plus à partager les bonnes adresses afin que les professionnels réellement compétents soient valorisés.

* Certaines personnes emploient le terme d’égrégore. La différence réside dans l’ampleur du phénomène : lorsqu’il s’agit d’une forme-pensée concernant de nombreuses personnes et sur de longues périodes, celle-ci acquiert une véritable autonomie (non dépendante d’un lieu) et sera appelée égrégore.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. avril 21, 2020

    […] vous avez lu notre article sur la géobiologie, vous devez avoir compris que le géobiologue est le professionnel le plus indiqué pour y voir […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.